IFERISS

Institut Fédératif d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires Santé Société

Parution

vivre-la-mortVivre la mort - Dirigé par Anastasia Meidani, Jean-Yves Bousigue (dir.) - 3e ouvrage de la collection Santé Société des PUM : Sommaire

newsletter4- Les évenements et manifestations scientifiques
- L'actualité des programmes de recherche
- Les dernières publications des équipes participantes à la fédération autour des thématiques Santé Société

 

> Mars 2020, Janv. 2020, Nov. 2019, Sept. 2019, Juil. 2019, Mai 2019, Mars 2019, Janv. 2019, Nov. 2018, Sept. 2018, Juill. 2018, Mai 2018, Mars 2018, Janv. 2018.

Banniere WS2Journée d'étude (AAC ouvert)
La fabrique des inégalités sociales de santé
passée au crible des sciences sociales

L'IFERISS déploie un appel à communication pour une journée d'étude le 23 juin 2020 à Toulouse sur "La fabrique des inégalités sociales de santé". Toutes les disciplines sont attendues (sociologie, science politique, économie, sciences de gestion, géographie, démographie, anthropologie, droit, psychologie, sciences de l'information et de la communication...). La publication, au sein d’une revue scientifique, d’un dossier thématique alimenté des différentes contributions à cette journée est à l’étude.

Les propositions de communication sont à adresser à Jean-Charles Basson (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) et Nadine Haschar-Noé (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) avant le 1er avril 2020.

Les inégalités sociales de santé (ISS) sont aujourd’hui clairement portées au jour par une épidémiologie ouverte aux déterminations sociales et sensible aux parcours biographiques des individus. Outre les travaux pionniers (Lang, 1993 ; Leclerc, Fassin, Grandjean, Kaminski, Lang, 2000 ; Leclerc, Kaminski, Lang, 2008 ; HCSP, 2010), la somme publiée dernièrement (Haschar-Noé, Lang, 2017) ne laisse plus guère de doutes sur l’ampleur des injustices qu’elles représentent et le jeu complexe des distinctions, divisions et contradictions sociales, par ailleurs grosses de tensions, qu’elles contribuent à générer, entretenir et aggraver.

Si ce constat préoccupant, situant la France parmi les pays les plus inégalitaires d’Europe occidentale, est livré au débat public et son inscription à l’agenda public régulièrement invoquée (à défaut d’être réellement convoquée), il est un point qu’il reste à investir afin de mieux comprendre les ISS et, de fait, entreprendre de les réduire : les logiques multiples, complexes et enchâssées de leur implacable construction.

En effet, nous postulons que, épidémiologiquement, sociologiquement et territorialement construites (telles qu’analysées le plus couramment), les ISS le sont tout autant politiquement, économiquement, démographiquement, anthropologiquement, juridiquement et psychologiquement, notamment. Aussi entendons-nous recourir à toutes les sciences sociales (sociologie, science politique, économie, sciences de gestion, géographie, démographie, anthropologie, droit, psychologie, sciences de l’information et de la communication…), qui plus est en les confrontant et en les combinant, afin de passer au crible les déterminants cumulatifs de la production des inégalités sociales de santé et, ce faisant, de leurs perpétuation et accroissement qui en découlent.

Issu.e.s du vaste spectre des sciences sociales, nous vous invitons au croisement disciplinaire des regards, des concepts, des écoles, des méthodes, des objets, des données et des terrains permettant de dévoiler le processus général de fabrication des ISS et analyser les conditions de ce dernier.
Aussi les propositions de communication sollicitant une ou plusieurs des trois dimensions entremêlées suivantes retiendront-elles plus particulièrement notre attention :
-    d’une part, les acteurs, agents, individus et autres « publics »,
-    d’autre part, les milieux, environnements, situations et autres « contextes »,
-    enfin, les moyens, outils, instruments et autres « dispositifs » contribuant à la fabrique des inégalités sociales de santé.

La journée d’étude est organisée par l’IFERISS et ses laboratoires-membres, en association avec le centre d’expertise « Santé, Innovations, Bien-être et Politiques Publiques » de Kedge Business School (représenté par Corinne Grenier) et le Laboratoire d’Études et de Recherche en Sociologie (LABERS) de Brest (représenté par Hervé Hudebine) avec lesquels nous collaborons de longue date à des colloques (pour les plus récents : Marseille, mai 2019 et mai 2017 ; Brest, octobre 2018) et à des publications scientifiques (pour les plus récentes : Politiques et Management Public, 2017, vol.34, n°3-4 ; Innovations, 2019, n°60).
La publication, au sein d’une revue scientifique, d’un dossier thématique alimenté des différentes contributions à cette journée est à l’étude.

Les propositions de communication sont à adresser à Jean-Charles Basson (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) et Nadine Haschar-Noé (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) avant le 1er avril 2020.
N’excédant pas trois pages, le document fera apparaître :
-    les prénom, nom et attaches institutionnelles de l’auteur.e (ou des auteur.e.s),
-    le titre de la communication,
-    un développement rapide du cadre théorique sollicité, de la méthode utilisée, du terrain empirique investi et des premières conclusions (accompagné de quelques références bibliographiques).
Après un retour aux auteurs prévu le 15 avril 2020, le texte des communications est attendu avant le 15 juin 2020.

Jean-Charles Basson, directeur de l’IFERISS (FED 4142) et directeur-adjoint du CreSco (EA 7419).
Nadine Haschar-Noé, chercheure à l’IFERISS (FED 4142) et au CreSco (EA 7419)

Télécharger l'appel à communication.